February 27, 2021
From Libertarian Labyrinth
326 views


New Adventures by Michael Monahan, New York. George H. Doran Co. (2 dollars, net).

D’origine irlandaise, Michael Monahan est un essayiste original, hardi, qui est loin d’être un inconnu pour ceux de nos abonnés et lecteurs qui ont suivi L’Ere Nouvelle, hors du troupeau, les Réfractaires, par delà la Mélée. Pendant longtemps, il a édité The Papyrus, un « magazine d’Individualité » qui cessa de paraître en 1912, dans sa 9e année d’existence. En 1914 il ressuscita cette œuvre, mais en lui donnant le titre de The Phœnix. Elle ne parait plus, d’ailleurs.

En outre de ces revues, Monahan a publié un certain nombre de volumes : Palms of Papyrus, At the sign of the Van, Nova Hibernia, Adventures in Life and Letters, etc., qui ont toujours été appréciés dans les milieux avancés des Etats-Unis. New adventures est une collection d’essais sur toutes sortes de sujets : la vie mondaine et intellectuelle de New York, certains personnages littéraires, enfin des sujets de « genre », si je puis m’exprimer ainsi. Monahan connaît excellemment la langue et la littérature françaises; deux des essais qui composent New Adventures (Aventures nouvelles) sont intitulés Balzac amant et Balzac l’artiste. De ce dernier, je traduis une ou deux pages au cours desquelles l’auteur tente de mettre en parallèle le puissant romancier français avec les « maîtres » du roman anglais : Walter Scott, Charles Dickens et William Thackeray.

E.A

TRANSLATION

  • E. A., “Parmi ce qui se publie : Michael Monahan : New Adventures,” L’en dehors 2 no. 5 (mi-Janvier 1923): 4.

Chez les Loups. — En réponse (?) aux documents que j’avais apportés dans le supplément no. 4 de l’en dehors, Lorulot inonde le Réveil de l’Esclave d’arguments de pipelets, de jugements sur mon caractère (qui m’indiffèrent profondément, on s’en doute bien), qui fourniraient d’excellents éléments au premier réquisitoire qu’un procureur général dressera contre moi. Il s’avilit jusqu’à attribuer d’imaginaires maîtresses, il affirme tout cela sans preuves — que j’ai agi avec instance auprès de M. Gaston Vidal, auquel je n’ai mais écrit et que je n’ai jamais vu, ce qu’aurait cependant justifié la plus élémentaire appréciation de ma part des efforts accomplis en vue de ma libération par les « Amis d’Armand ». Double mensonge.

Un exemple illustrera la manière dé polémiquer de cet assainisseur en toc : il invoque contre moi un feuilleton de l’anarchie, publié sous le titre d’en attendant le verdict, alors que j’avais assumé la rédaction de cet hebdomadaire. Or, ce feuilleton ne traite que des conditions de la vie des détenus à la Santé, il n’y est aucunement question des faits reprochés à ceux qu’on a dénommé les « Bandits tragiques » et son auteur ne parut même pas au procès. Troisième mensonge.

Qu’on se rassure : je ne suivrai pas Lorulot sur le terrain suspect où il est passé maitre. Sa mentalité de primate, ses lares, ses maîtresses ou leurs amants ne m’importent guère ; il n’a jamais figuré sur la liste des collaborateurs de l’en dehors et mes relations avec lui se sont bornées — heureusement pour ma sécurité — à celles qu’on peut entretenir avec un éditeur utile. D’ailleurs, si j’avais proclamé Chez les Loups un chef-d’œuvre, Lorulot un écrivain véridique et le Réveil de l’Esclave le journal individualiste par excellence, il n’y a pas de doute que je sois resté celui « dont la tendance a toujours prédominé de placer au premier plan le facteur moral ou sentimental, de mettre d’accord ses actes avec ses idées (où ses idées avec ses actes, comme on voudra)». [Les Humbles, novembre 1921.]

J’ai déclaré que je ne reviendrais pas sur le sujet; je m’en tiens à ce que j’ai écrit dans le supplément précité: Il n’appartenait en aucun cas à Lorulot de publier un roman diffamatoire tel que celui-là et de l’intituler mœurs anarchistes, je l’ai démontré. Je mets au défi Lorulot de placer un nom de camarade anarchiste, mort ou vivant, sur un seul, sur la moitié d’un personnage de son roman. Je le mets au défi de produire un document écrit confirmant les vilenies qu’il met au compte de ses acteurs. Quand le directeur de la Chronique financière produira un document de ce genre, nous reviendrons sur la question pour examiner si ce n’est point un faux ou un rapport de police. Pas avant.

E. Armand.

TRANSLATION

  • E. A., “Parmi ce qui se publie : Chez les Loups,” L’en dehors 2 no. 6 (début Février 1923): 4.

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION

TRANSLATION




Source: Libertarian-labyrinth.org