309 views


Assessment and perspective after the first two years of UCL activity.

While climate, feminist and anti-racist mobilizations meet with a global echo and highlight similar struggle issues in different parts of the planet, the pandemic has come as a reminder that the bourgeoisies are still backed by intrinsically selfish nation-states. Everywhere capitalism and its neo-liberal version cause the same results: the rich get richer and richer when the poor experience a symmetrical deterioration of their situation, which will inevitably end up producing social explosions.

In China, directed capitalism has propelled its new billionaires to the top of Forbes rankings and has allowed the dizzying rise in the standard of living of part of the population. This new bourgeoisie now wants its place at the banquet of the major imperialist powers. This redistribution of the cards multiplies the risks of armed conflicts. It is already provoking economic wars undermining the ultraliberal theories dear to the WTO, including the idea that increased international trade would bring peace between nations.

The massive relocation of commodity production to the countries of the South is bringing about the emergence of a new proletariat whose struggles will be decisive on the road to social emancipation.

The Covid-19 pandemic or the bankruptcy of capitalism and statism
What Covid-19 tells us about capitalism

The health and economic crisis has been managed by and for the capitalists, in France as in the world. Each strategic decision (curfew, closure of schools, opening of resuscitation beds, etc.) was taken following a principle: minimize the loss of profits of certain traders, craftsmen and small bosses while preserving the gains of big capital (the richest shareholders, financial speculators) by channeling the discontent of the population. For the inevitable losses, the state has largely released funds to help shareholders. The fact that severe and disabling forms of Covid have affected people of working age less has allowed employers to maintain their production without having to ask the question of workers’ health. In the few sectors where labour problems have arisen, the shortage has been managed by the work of unemployed persons and/or volunteers (agriculture or health sector). The few decisions that were not taken under pressure from the employers were motivated by electoral purposes (declaration of the1st confinement a week too late because of the municipal elections, etc.).

Thus, the management of the pandemic reminds us that, in capitalism, workers are adjustment variables.

Moreover, the capitalist state has shown itself incapable of adapting quickly to the crisis. The budget cuts of the public hospital, the deplorable state and understaffing of nursing homes, as well as the underfunding of public research, when private “research and development” is given public subsidies, are to be blamed. Cuts in public budgets to reduce state spending, and in private budgets to increase profits, are directly responsible for the difficulty of managing the crisis. This long-planned destruction of the welfare state is assumed by the executive.

The fact that production, whether local or international, is driven by capital and not by collective, democratic and popular political interests prevents everything from being done to produce what is needed to respond to the coronavirus crisis on time. The shortage of masks, over-gowns, respirators, for months, is due in the first place to the choices of the capitalists not to produce enough and urgently, and it has been aggravated by the relocation of production to the other side of the planet to maximize capitalist profits. The shortage of vaccines then revealed a second catastrophe, at the heart of capitalist logic: intellectual property, and therefore the possibility for capitalists to ban mass production of vaccines for which they hold patents.

But the health crisis has also been an accelerator of the economic crisis. If the economic collapse that many expected has not (yet) taken place, the redundancy plans have multiplied. Windfall effect for some bosses, who blame the crisis on previous dismissals. Real economic difficulties in other sectors. But the redundancy plans hide an even more terrible reality: many temporary workers, fixed-term workers and self-employed entrepreneurs have lost their jobs, leading to an increase in poverty. Neoliberalized capitalism produces and derives an interest from the existence of millions of workers deprived of employment, whose ever-increasing number risk putting even more pressure on working conditions, wages and the speeds of employed workers.

The State, more concerned with social control than with the fight against the epidemic

The reduction of the pandemic required at least a historic refinancing of public health and education services. The State has put this imperative under the carpet while distributing billions of euros in aid to large groups. On the screen, and to guard against disputes, the State has relied on the state of health emergency law to restrict our freedoms, and strengthens its repressive apparatus with the law on Global Security


Millions of euros in fines, a second lockdown tailor-made for employers, periodic bans on demonstrations, a curfew calibrated to keep production at a maximum level, this is the continuum allowing the state to defend the unequal social order. The “separatism” law is a further step in the authoritarian and racist hardening of the state.

The environment sacrificed

Many researchers have explained that the pandemic is certainly related to the proximity of intensive livestock centers to wildlife and deforestation, and that without a change in model, new pandemics are to be feared. Yet they were not listened to.

At the same time, whole sections of the economy are under the total control of authoritarian and centralized capital. There is no public debate about them, starting from the bottom up. This management of the economy by capital implies a frantic race for profits. This is to the detriment of the environment and the safety of all. This is the case of the current management of so-called renewable energies (ultra-polluting production of solar and wind panels), soils (hydraulic fracturing for gas and oil extraction that corrupts drinking water sources), nuclear energy (increasing amount of poorly managed waste and risk of accidents), production quality (planned obsolescence and voluntary degradation of the quality and lifespan of the goods and services produced), agriculture (productivism, reintroduction of neonicotinoids, insecticides harmful to biodiversity and our health). Generally speaking, the increase in the energetic consumption of our societies in the service of capitalist interests has inevitable environmental consequences. Workers of the land are on the front line of the dangers of productivism, and their struggles will be the driving force to get out of it.

L’impuissance des États Ă  rĂ©soudre la question Ă©cologique est patente. Les grands sommets internationaux tels que les « COP », vĂ©ritables rĂ©unions de pompiers pyromanes, n’y changent rien. En France, le gouvernement, officiellement condamnĂ© pour « inaction climatique », a fait en sorte que les propositions issues de la « Convention citoyenne sur le climat » ne remettent pas en cause la course aux profits. Un Ă©ventuel rĂ©fĂ©rendum pour inscrire la protection de l’environnement dans la Constitution ne serait qu’une mascarade destinĂ©e Ă  masquer la vacuitĂ© des mesures gouvernementales en faveur de l’environnement.

Face Ă  cela, des luttes pour l’environnement et la justice environnementale existent, notamment contre des grands projets industriels. Aujourd’hui, le slogan revendiquant la « convergence des luttes sociales et Ă©cologistes » est repris dans les mobilisations. Et le syndicalisme de lutte en vient de plus en plus frĂ©quemment Ă  participer Ă  des mobilisations Ă©cologiques ou Ă  donner aux luttes contre les licenciements une dimension Ă©cologique. Ces dynamiques encourageantes doivent se gĂ©nĂ©raliser et s’amplifier face au compte Ă  rebours climatique.

Combattre les fausses solutions
Face à la montée du nationalisme

L’arrivĂ©e au pouvoir de l’extrĂȘme-droite dans plusieurs pays ces derniĂšres annĂ©es – Pologne, Hongrie, Italie
 – accentuent le nationalisme et le racisme. En France, le Rassemblement national, omniprĂ©sent mĂ©diatiquement, se rapproche d’une victoire Ă  l’élection prĂ©sidentielle de 2022, en parallĂšle de mobilisations rĂ©actionnaires, comme celles contre la PMA, qui visent notamment les personnes LGBTI. Loin d’ĂȘtre un barrage Ă  l’extrĂȘme droite, le gouvernement mis en place par Emmanuel Macron lui fait en permanence la courte-Ă©chelle en reprenant ses idĂ©es-forces : mesures sĂ©curitaires et liberticides, islamophobie assumĂ©e, chasse aux immigré·es
 La lepĂ©nisation des esprits dĂ©noncĂ©e dans les annĂ©es 1980 est maintenant largement avancĂ©e dans tous les partis Ă©lectoralistes, mĂȘme si la bourgeoisie et le capital prĂ©fĂ©reront toujours l’extrĂȘme-droite Ă  la gauche mĂȘme rĂ©formiste.

Pour autant, l’arrivĂ©e au pouvoir de l’extrĂȘme droite en France serait un coup de massue pour toutes les oppositions au libĂ©ralisme. Elles seraient les premiĂšres cibles des mesures prises qui impacteraient fortement nos capacitĂ©s de rĂ©sistance. En effet, sans remonter au fascisme des annĂ©es 1920, tous les États dont les gouvernements sont passĂ©s Ă  l’extrĂȘme droite ces derniĂšres annĂ©es ont eu Ă  cƓur d’attaquer d’abord les organisations capables de leur rĂ©sister, avec succĂšs. Il n’est qu’à observer par ailleurs l’état du mouvement social et des forces politiques antifascistes dans les mairies conquises par le RN pour se convaincre que toute victoire de l’extrĂȘme droite ne rime pas obligatoirement avec la rĂ©volution sociale..

L’impasse du rĂ©formisme

De toutes parts, des appels Ă  l’union de la gauche sont Ă©mis, pour que LFI, PCF, EELV, GĂ©nĂ©ration.s fassent alliance en vue de l’élection prĂ©sidentielle de 2022. Pourtant, au-delĂ  des questions de personne, les rĂ©formistes Ă©chouent Ă  proposer un projet Ă©mancipateur qui emporte une adhĂ©sion large et permette de croire Ă  une prĂ©sence de la gauche rĂ©formiste au second tour.

Le rĂ©formisme, mĂȘme drapĂ© sous des habits neufs, entretient l’idĂ©e d’un État neutre, d’une rĂ©publique conquise par la seule voie Ă©lectorale permettant d’imposer des rĂ©formes sociales sans rĂ©sistances du camp bourgeois. En rĂ©alitĂ©, si la gauche de gouvernement devait remporter les Ă©lections de 2022, elle se retrouverait face aux intĂ©rĂȘts du patronat et Ă  la volontĂ© de la bourgeoisie de ne rien cĂ©der. Si les mobilisations sociales n’étaient pas en capacitĂ© alors d’ĂȘtre fortes et d’avoir leur propre calendrier, il serait fort probable que cette gauche de gouvernement fasse tampon entre les aspirations populaires et les capitalistes, pour finir par se conformer Ă  ces derniers comme cela a Ă©tĂ© le cas en GrĂšce.

Face Ă  la crise, le combat rĂ©volutionnaire peut ĂȘtre Ă  mĂȘme d’emporter l’adhĂ©sion de secteurs importants de la sociĂ©tĂ©. Il faut pour cela poursuivre notre dĂ©marche d’un combat renouvelĂ© et ouvert sur le plan des pratiques et des idĂ©es, cherchant Ă  s’extraire de certaines cultures militantes (refus de l’échange, discours hors sol, entre-soi). Les rĂ©volutionnaires et notre courant en particulier auront un poids politique en capacitĂ© de peser sur le cours des Ă©vĂ©nements si nous nous donnons les moyens d’incarner dans les luttes une perspective rĂ©volutionnaire et libertaire. Pour ce faire, nous avons Ă  mettre au centre de notre intervention militante, le choix d’animer et de dĂ©velopper les organisations larges que sont les syndicats, les collectifs d’habitants afin d’ĂȘtre en capacitĂ© d’étayer notre stratĂ©gie de fĂ©dĂ©ration des contre-pouvoirs vers la construction d’un pouvoir populaire.

Dans cette perspective, nous cherchons partout oĂč cela est possible Ă  construire l’unitĂ© des forces anticapitalistes car nous savons quelle formidable force d’entraĂźnement l’unitĂ© peut susciter chez les milliers de militant.es et salariĂ©.es que nous cĂŽtoyons chaque jour au travail et sur nos lieux de vie.

La sĂ©quence Ă©lectorale de la PrĂ©sidentielle ne nous est pas Ă©trangĂšre. Bien au contraire, la majoritĂ© des salariĂ©.es avec qui nous luttons se questionne quant Ă  la capacitĂ© qu’une force issue de la gauche soit prĂ©sente au 2d tour pour enfin, d’aprĂšs eux et elles, tourner la page du libĂ©ralisme et de la menace national-conservatrice. Les divisions multiples des formations de gauche et la course Ă  l’égo vont sans doute conduire les partis anti-libĂ©raux de gauche Ă  un Ă©chec aux Ă©lections, dont ils porteront la responsabilitĂ©. Mais nous savons combien cet Ă©chec pĂšsera aussi dans la capacitĂ© de la gauche sociale Ă  lutter, tant et si bien qu’il n’y a pas d’alternative de masse crĂ©dible, anticapitaliste et anti-autoritaire qui soit en capacitĂ© d’émerger pour le moment. C’est pourquoi, notre positionnement politique tient avant tout compte des donnĂ©es actuelles des rapports de force. Ainsi, nous tenons un discours anticapitaliste et autogestionnaire qui ne se pare pas du drapeau de l’abstention comme celui du vote bĂ©at. Un discours qui pose la question de l’unitĂ© de chacun Ă  son niveau, de toutes les forces politiques, sociales, syndicales pour construire sur le terrain, celui des lieux de travail et d’étude, des lieux de vie, des mobilisations populaires autour de l’EgalitĂ©, des LibertĂ©s et de la SolidaritĂ©, indĂ©pendamment des choix Ă©lectoraux de chacun et chacune.

En particulier, dans le cas d’un duel au second tour entre un candidat LREM ou LR et un candidat RN, nous n’opposerons pas celles et ceux qui veulent faire barrage au RN et celles et ceux qui refusent de voter pour un candidat de droite.

Le complotisme n’est pas anti-systùme

L’idĂ©e qu’une poignĂ©e de dĂ©cideurs mal intentionnĂ©s manipulent dans l’ombre les Ă©vĂ©nements et l’information Ă  leur profit n’est pas nouvelle. L’antisĂ©mitisme de nos sociĂ©tĂ©s actuelles s’est ainsi notamment dĂ©veloppĂ© en France autour d’un prĂ©tendu « complot juif ». Avec aujourd’hui un contexte politique, social et sanitaire favorable, l’audience des thĂ©ories du complot est Ă  la fois inĂ©dite et dangereuse pour notre camp social.

MalgrĂ© leur diversitĂ©, les thĂ©ories conspirationnistes ont en commun de nier la rĂ©alitĂ© institutionnelle et sociale des rapports de domination et de refuser la pensĂ©e critique fondĂ©e sur des bases rationnelles et scientifiques. Elles ne proposent pas non plus, dans leur grande majoritĂ©, de projet de sociĂ©tĂ© Ă©mancipateur. Parce qu’elle vĂ©hicule un raisonnement simpliste et non matĂ©rialiste de la sociĂ©tĂ© et qu’elle dĂ©signe des bouc-Ă©missaires, l’extrĂȘme-droite fraye volontiers avec le complotisme. On pense notamment Ă  la thĂ©orie du « grand remplacement ».

Mais les thĂ©ories du complot constituent aussi une rĂ©ponse, certes dangereuse et fallacieuse, Ă  des prĂ©occupations sociales rĂ©elles. Elles prospĂšrent grĂące Ă  la faible audience de la critique sociale rĂ©volutionnaire. L’action de l’UCL contre ces idĂ©es ne peut donc ĂȘtre uniquement propagandiste. Le recul du complotisme sera le fruit de nos mobilisations sociales, permettant aux classes populaires et aux dominé·e·s de crĂ©er des solidaritĂ©s, d’identifier les vĂ©ritables oppresseurs et d’envisager un futur Ă©mancipĂ©. La lutte contre le complotisme ne doit pas non plus Ă©pargner l’État et des mĂ©dias lorsqu’ils crĂ©ent ou relaient des thĂ©ories du complot – par exemple avec la « gangrĂšne islamo-gauchiste ».

Des résistances existent, mais ne fragilisent pas encore le pouvoir
L’urgence des luttes antiracistes

Depuis sa crĂ©ation, l’UCL a Ă©tĂ© partie prenante des grandes mobilisations antiracistes, qui s’organisent selon trois axes majeurs.

Dans la lutte contre l’islamophobie, l’UCL soutient la construction de cadres unitaires larges, incluant les organisations progressistes (comme les syndicats) et les associations antiracistes. Si l’UCL ne cherche pas Ă  les y associer, la prĂ©sence d’organisations confessionnelles dans ces cadres n’est pas un problĂšme dĂšs lors qu’elles ne dĂ©fendent pas de projet rĂ©actionnaire et que les forces progressistes et laĂŻques soient en situation de dynamique, prenant part Ă  ces mobilisations tout en Ă©tant capables d’y porter clairement et distinctement leurs voix.

L’offensive islamophobe est dĂ©sormais portĂ©e au plus haut sommet de l’État comme on l’a vu avec la loi « sĂ©paratisme ». Elle peut malheureusement s’appuyer sur les atermoiements d’une partie des forces progressistes, comme on a pu le voir lors de la dissolution du CCIF, une ONG active sur le terrain juridique, et abusivement qualifiĂ©e d’« officine islamiste » par le ministre de l’IntĂ©rieur.

Le caractĂšre raciste des violences policiĂšres, particuliĂšrement dans les quartiers populaires, en font un front de lutte Ă  part entiĂšre, principalement auto-organisĂ© par des collectifs de famille de victimes. AprĂšs la mort de George Floyd aux États-Unis, c’est autour du combat pour la vĂ©ritĂ© et la justice pour Adama TraorĂ© que des mobilisations de masse ont explosĂ© Ă  l’étĂ© 2020.

Ces mobilisations sont porteuses de revendications propres (comme la dissolution de l’IGPN ou l’interdiction des techniques d’étranglement).

Les luttes des sans-papiers ont rĂ©Ă©mergĂ© lors du premier confinement, du fait de l’aggravation des conditions de vie de nombre d’entre elles et eux Ă  cette occasion. Un cadre unitaire, la Marche des solidaritĂ©s, a Ă©tĂ© Ă  l’initiative de plusieurs journĂ©es d’action des sans-papiers, de leurs collectifs et de leurs soutiens dans de nombreuses villes. Les grĂšves des travailleurs et travailleuses sans papier restent un des principaux leviers de cette lutte, auxquels doivent s’ajouter les mobilisations contre les centres de rĂ©tention administrative (CRA) et en solidaritĂ© avec les jeunes scolarisĂ©s (mineurs comme majeurs, isolĂ©s ou en famille).

Ces trois grands axes ne sont pas les seuls terrains de la lutte antiraciste : il faut saluer par exemple la remontĂ©e, Ă  gauche, de la nĂ©cessitĂ© de lutter contre l’antisĂ©mitisme. Parce que le racisme divise les classes populaires, l’UCL a toute sa place Ă  prendre dans les mobilisations antiracistes.

Un mouvement syndical en difficulté mais pas résigné

Ces deux derniĂšres annĂ©es ont Ă©tĂ© marquĂ©es, en plus de luttes sectorielles, pendant quelques mois par la grĂšve contre la rĂ©forme des retraites, intense moment de luttes de classes. La grĂšve historique de 2019-2020 a permis de rĂ©affirmer l’actualitĂ© de la grĂšve de masse comme mode d’action central des travailleurs et des travailleuses de certains secteurs. Elle s’ajoute Ă  des Ă©pisodes contestataires marquĂ©s par un recours privilĂ©giĂ© aux manifestations et occupations de rue (« Nuit debout », « gilets jaunes » ) qui se sont largement dĂ©ployĂ©s en dehors des lieux de travail Ă  partir d’autres fractions de la classe du travail.

Les limites Ă©prouvĂ©es dans la gĂ©nĂ©ralisation et la reconduction de cette grĂšve, notamment dans le privĂ©, renvoient aux difficultĂ©s structurelles rencontrĂ©es par le syndicalisme aujourd’hui : des Ă©quipes syndicales moins nombreuses et moins formĂ©es, qui peinent Ă  exister en dehors des « bastions » syndicaux de la fonction publique et des grandes entreprises, des outils interprofessionnels sous-investis, un syndicalisme de branche (adaptĂ© Ă  l’éclatement et Ă  la prĂ©carisation du salariat) Ă  reconstruire, un rĂ©pertoire d’actions peu diversifiĂ©, un syndicalisme d’accompagnement voire cogestionnaire qui se renforce
 Ce n’est donc pas, une nouvelle fois, l’absence d’un « appel Ă  la grĂšve gĂ©nĂ©rale » venu d’en haut qui serait responsable de l’apathie d’un trop grand nombre de travailleurs et de travailleuses, mais bien notre incapacitĂ© Ă  les convaincre sur le terrain de se joindre Ă  l’action et de participer Ă  son auto-organisation. Ce rappel n’exonĂšre pas de rĂ©flĂ©chir et de critiquer les pratiques et les stratĂ©gies des directions ou des exĂ©cutifs syndicaux lorsqu’elles encouragent la bureaucratie, le corporatisme et le compromis social. Le renforcement du pĂŽle syndical de collaboration de classe, incorrectement qualifiĂ© de « rĂ©formiste », est Ă©galement une donnĂ©e Ă  prendre en considĂ©ration.

Pour toutes ces raisons, un sursaut du monde du travail n’a pas encore eu lieu face Ă  l’État et au patronat qui veulent lui faire payer la crise Ă©conomique nĂ©e du Covid-19. Des luttes syndicales, partielles et sectorielles, ont malgrĂ© tout permis d’obtenir de meilleures garanties de protection sanitaire au travail, une meilleure prise en charge du chĂŽmage partiel ou encore d’obtenir des indemnitĂ©s plus Ă©levĂ©es lors des plans de licenciements. Mais la coordination des luttes, dans le cadre de journĂ©es de grĂšve interprofessionnelle ou d’actions unitaires contre les licenciements, n’a pas eu les effets escomptĂ©s.

MalgrĂ© ses insuffisances, l’outil syndical reste l’arme privilĂ©giĂ©e par les travailleurs et les travailleuses pour dĂ©fendre leurs intĂ©rĂȘts. La tĂąche premiĂšre des communistes libertaires est donc de reconstruire des outils syndicaux dĂ©mocratiques, combatifs et ouverts Ă  l’ensemble des questions sociales (sexisme, racisme, LGBTphobie, Ă©cologie
) l’ensemble des questions Ă©cologiques, sociales (logement, transport, culture, Ă©nergie, alimentation
) et aux combats contre les discriminations (sexisme, racisme, LGBTphobie, etc.), Ă  tous niveaux des organisations syndicales (section syndicale, syndicat, union locale, union dĂ©partementale, fĂ©dĂ©ration, confĂ©dĂ©ration/union syndicale). Il s’agit d’organiser les travailleuses et travailleurs quel que soit leur statut (salarié·es stables, prĂ©caires, au chĂŽmage, en formation, Ă  la retraite, « faux indĂ©pendants » et autres « ubĂ©risé·es » ). Ce sont des conditions indispensables Ă  un syndicalisme de terrain et Ă  des victoires sociales, petites et grandes. A terme, les communistes libertaires entendent Ɠuvrer, dans le respect de la dĂ©mocratie syndicale et Ă  leur Ă©chelle, Ă  la rĂ©unification du mouvement syndical de classe et de lutte.

L’UCL continuera Ă  valoriser les luttes syndicales et Ă  favoriser l’engagement syndical de ses membres dans le but de renforcer l’autonomie ouvriĂšre (contre une logique de « fraction »). L’UCL continuera Ă  valoriser les luttes syndicales et Ă  favoriser l’engagement syndical de ses membres, dans le respect de la dĂ©mocratie syndicale et pour y lutter contre une logique de fraction, afin de renforcer l’organisation collective des exploitĂ©.es, condition de luttes offensive

Consolider le mouvement féministe en France

Le mouvement fĂ©ministe est aujourd’hui l’un des premiers contre-pouvoirs dans le monde, engrangeant de nombreuses victoires, en termes de dĂ©monstration de force numĂ©rique, de droits obtenus et de reculs des gouvernements, bien que la montĂ©e des politiques rĂ©actionnaires entraĂźne aussi des reculs des droits des femmes. Il est en premiĂšre ligne pour se battre dans ce monde globalisĂ© parce qu’il a les capacitĂ©s de fĂ©dĂ©rer. Pour une fraction grandissante de ce mouvement, l’État n’est pas la solution mais une partie du problĂšme. Le recours Ă  l’action directe y supplante toujours plus l’action parlementaire, ouvrant la voie Ă  la dĂ©mocratie directe et Ă  des fonctionnements anti-autoritaires, proches de notre courant libertaire et les fonctionnements anti-autoritaires, proches de notre courant libertaire, sont toujours trĂšs rĂ©pandus dans le mouvement fĂ©ministe.

En France, la mobilisation féministe a été marquée par le refus des violences machistes qui a provoqué une réaction de masse.

Pour autant, en dĂ©pit des manifestations d’ampleur et de la montĂ©e des consciences antisexistes, il n’y a actuellement pas un Ă©lan d’organisation collective, ni mĂȘme un renforcement des organisations syndicales dans les secteurs professionnels fĂ©minisĂ©s. L’organisation collective est indispensable Ă  l’amĂ©lioration effective des conditions de vie et de travail, Ă  la possibilitĂ© de poser concrĂštement les bases d’une subversion de l’ordre patriarcal et libĂ©ral. Aussi, depuis six ans, l’idĂ©e de grĂšve des femmes peine Ă  Ă©merger Ă  une Ă©chelle de masse.

La stratĂ©gie de l’Union communiste libertaire est de rejoindre, de renforcer et de soutenir les organisations fĂ©ministes et LGBTI existantes, et en crĂ©er si elles n’existent pas. Ces contre-pouvoirs permettent de mettre en commun nos forces pour une Ă©mancipation par et pour nous-mĂȘmes, face aux oppressions subies. Pour cela, nous y dĂ©fendons l’autogestion, la combativitĂ©, l’indĂ©pendance, l’anticapitalisme, l’antiracisme et l’anticolonialisme.

A l’instar du syndicalisme, un mouvement fĂ©ministe fort passe par un renforcement des organisations populaires, par le dĂ©veloppement de son autonomie, par la prise de parole des premiĂšres et premiers concerné·es et par son unitĂ©.

Cet objectif est dĂ©niĂ© et court-circuitĂ© par les tendances rĂ©formistes et libĂ©rales du fĂ©minisme qui tentent de caporaliser les mobilisations et de rabattre les revendications des opprimĂ©es. Notre fĂ©minisme libertaire est un fĂ©minisme de classe et de base. Il n’est pas une libĂ©ration individuelle ou une simple prise de conscience, mais une lutte dont l’objectif est l’émancipation de toutes et tous.

Mieux se prĂ©parer au durcissement sĂ©curitaire de l’État

Ces deux derniĂšres annĂ©es, le durcissement autoritaire de l’État s’est principalement traduit par deux lois : l’une sur le « sĂ©paratisme », l’autre sur la « sĂ©curitĂ© globale ».

Le dĂ©bat sur le prĂ©tendu « sĂ©paratisme » Ă  l’Ɠuvre dans la sociĂ©tĂ© française, lancĂ© par Macron en octobre 2020, n’est rien d’autre qu’une nouvelle expression de l’offensive islamophobe. Stigmatisant les personnes de confession musulmane ou considĂ©rĂ©es comme telles, il a pour but de dĂ©signer un « ennemi de l’intĂ©rieur ». Il vise Ă  entraver le dĂ©bat public autour par exemple de la rĂ©alitĂ© du racisme d’État.

Les tentatives de construction d’un cadre unitaire contre la loi « sĂ©paratisme » (rebaptisĂ©e « confortant le respect des principes de la RĂ©publique ») ont Ă©tĂ© impulsĂ©es au dĂ©part par le Collectif du 10 novembre contre l’Islamophobie mais n’ont pas rĂ©ussi Ă  survivre Ă  la vague d’instrumentalisation raciste ayant suivi le meurtre de Samuel Paty par un intĂ©griste islamiste le 16 octobre. La capacitĂ© de rĂ©sistance du mouvement social Ă  ce moment a Ă©tĂ© durement Ă©prouvĂ©e.

Le projet de loi sur la sĂ©curitĂ© globale est intervenu au mĂȘme moment, fin octobre 2020. Il a dĂ©clenchĂ© un puissant mouvement de contestation avec des centaines de milliers de manifestant·es dans prĂšs d’une centaine de villes en France, les « marches des libertĂ©s » chaque samedi Ă  compter de la mi-novembre.

À l’origine de ce mouvement, les syndicats de journalistes protestant contre l’interdiction de filmer la police ont eu un rĂŽle prĂ©pondĂ©rant. Au plan national comme dans la plupart des villes, les structures interprofessionnelles CGT et Solidaires ont permis de structurer cette mobilisation, cette nouvelle loi sĂ©curitaire faisant en effet peser de graves menaces sur les libertĂ©s de manifester.

Le mouvement a toutefois peinĂ© Ă  se structurer et, au plan national, l’animation en a Ă©tĂ© chaotique. Les convergences avec les mobilisations contre les licenciements ont Ă©tĂ© compliquĂ©es, voire inexistantes. De mĂȘme qu’il a Ă©tĂ© difficile de prendre appui sur cette mobilisation pour faire rebondir celle contre la loi « sĂ©paratisme ».

La sĂ©quence de mobilisation contre la loi sĂ©curitĂ© globale interroge donc crĂ»ment les capacitĂ©s de rĂ©sistance et d’organisation collective, jusque dans les structures de masse du mouvement social, face Ă  un durcissement autoritaire du pouvoir d’État. Ce qui met les militant·es rĂ©volutionnaires au dĂ©fi d’ancrer ces contestations au sein des classes populaires.

L’action de l’Union communiste libertaire dans la pĂ©riode
Renforcer les contre-pouvoirs, contre l’avant-gardisme

Dans la pĂ©riode actuelle, le fossĂ© est toujours plus grand entre d’un cĂŽtĂ© les attentes immĂ©diates des exploité·es (ne pas tomber malade, finir les fins de mois, ne pas perdre son boulot
) et leurs capacitĂ©s Ă  se mobiliser, et de l’autre les nĂ©cessitĂ©s d’aborder des questions plus globales, plus politiques, pour construire une riposte d’ensemble. La tentation est grande de ne s’appuyer que sur des petits noyaux radicalisĂ©s pour riposter aux attaques. C’est l’option retenue, sous diffĂ©rentes formes, par certains courants avant-gardistes : insurrectionnalistes, lĂ©ninistes etc. Cette stratĂ©gie est vouĂ©e Ă  l’échec, quel que soit le front de lutte considĂ©rĂ© : c’est par l’unitĂ© des exploitĂ©.es que nous pourrons construire une contre-offensive.

A l’inverse, ne se borner qu’aux revendications immĂ©diates, sans voir le tableau d’ensemble, est tout autant une impasse. Cette stratĂ©gie mĂšne au corporatisme, au localisme, et au fractionnement des luttes, et ne permet pas non plus une riposte d’ensemble.

C’est pourquoi notre premier investissement militant va dans le dĂ©veloppement des contres-pouvoirs, c’est-Ă -dire d’organisations non spĂ©cifiquement libertaires, de classe, de masse et dĂ©mocratiques. Nous y intervenons Ă  la fois pour impulser des pratiques combatives, de terrain, et pour favoriser la convergence et la construction du tous ensemble.

Cela concerne naturellement les organisations syndicales, car c’est la forme privilĂ©giĂ©e par les travailleur.ses pour rĂ©sister sur leur lieu de travail et pour lutter en faveur des droits de celles et ceux qui en sont exclu-es (prĂ©caires, chĂŽmeur·ses
). L’intervention sur ces lieux de travail est primordiale pour . Nous n’abordons pas que les questions Ă©conomiques au sein de nos organisations syndicales, mais faisons Ă©galement le lien avec notamment la lutte Ă©cologiste et les luttes contre le patriarcat et le racisme (grĂšve des femmes, grĂšve de sans-papier·es, lutte contre les discriminations, contre les violences sexistes et sexuelles au travail, etc.).

Les luttes populaires ne se rĂ©duisent pas au syndicalisme, d’oĂč la nĂ©cessitĂ© d’intervenir aussi sur les lieux de vie : associations fĂ©ministes, de mal-logĂ©.es, contre les violences policiĂšres, Ă©cologistes etc. Les communistes libertaires y dĂ©fendent Ă©galement l’auto-organisation, l’action directe et la convergence des luttes, dans une perspective rĂ©volutionnaire globale.

La convergence des luttes contre la concurrence des luttes

L’UCL lutte contre toutes les oppressions spĂ©cifiques, sans exclusive. L’ensemble de ses membres ont vocation Ă  Ɠuvrer, parce qu’ils et elles en font partie, aux cĂŽtĂ©s de l’ensemble des travailleuses et des travailleurs victimes de l’exploitation capitaliste pour leur libĂ©ration intĂ©grale. L’UCL place donc la lutte des classes « au cƓur de [son] combat rĂ©volutionnaire » (extrait du Manifeste). Il importe, pour autant, de ne pas subordonner l’ensemble des combats Ă  la lutte anticapitaliste ou de les hiĂ©rarchiser (« la classe avant tout »). Associer nos revendications anticapitalistes, antipatriarcales et antiracistes renforce les luttes plutĂŽt qu’il ne les divise. Lutter efficacement contre le capitalisme suppose de construire l’unitĂ© populaire et doit tenir compte de l’éclatement du prolĂ©tariat en plusieurs fractions victimes du racisme, du sexisme et plus largement de discriminations. RĂ©ciproquement, l’abolition du patriarcat ou du racisme ne peut atteindre son but sans remise en question frontale de l’accumulation du capital par quelques-uns au dĂ©triment de l’immense majoritĂ© de l’humanitĂ©.

Comme par le passĂ©, de nombreuses luttes populaires se retrouvent dĂ©jĂ  Ă  l’intersection de plusieurs systĂšmes de domination, sans qu’elles aient toujours besoin de le spĂ©cifier par un vocabulaire spĂ©cifique (« privilĂšges », « intersectionnalitĂ© » ). Les commissions « femmes », handicap ou antiracistes dans les syndicats, les luttes de sans-papiers, les grĂšves fĂ©ministes ou encore l’afro-fĂ©minisme s’inscrivent par exemple dans cette perspective.

4.2.3 Les communistes libertaires dĂ©fendent donc, au sein des contre-pouvoirs, la convergence des luttes, autrement dit l’articulation « classe, “race”, genre », et refusent leur mise en concurrence. Cette ligne de conduite implique de renforcer l’inclusivitĂ© des luttes, d’adapter nos revendications aux oppressions spĂ©cifiques et de crĂ©er du lien entre les diffĂ©rents collectifs de lutte.

La démarche du Comité Adama, ouverte aux gilets jaunes, aux syndicats ou encore aux associations écologistes, est à ce titre intéressante.

Plus que jamais nous devons investir dans la solidarité internationale, le syndicalisme international et dans le développement de notre réseau international : Anarkismo.

L’antifascisme a besoin de forces sociales pour enrayer ce danger, ici et ailleurs. L’UCL poursuivra les initiatives antifascistes dans des cadres unitaires, dans nos contre-pouvoirs fĂ©ministes, syndicaux (VISA), etc. afin d’avoir un levier pour ĂȘtre audible et mobiliser largement celles et ceux qui ont intĂ©rĂȘt Ă  contrer cette menace.1

Consolider les acquis issus de la fusion

La fusion d’AL et de la CGA a permis de constituer une organisation unifiĂ©e et a crĂ©Ă© un appel d’air. Au-delĂ , cette nouvelle organisation a sĂ©duit, sans pour autant mener de rĂ©elle campagne de recrutement, de nombreuses personnes sans expĂ©rience militante prĂ©alable. L’enjeu, maintenant, est de poursuivre ce dĂ©veloppement quantitatif de l’UCL en proposant systĂ©matiquement une formation militante complĂšte Ă  celles et ceux qui rejoignent l’organisation. Cette formation doit permettre de consolider les bases politiques de l’UCL et d’accompagner les nouveaux et nouvelles adhĂ©rentes dans la mise en pratique de notre conception du militantisme, s’agissant en particulier de l’articulation entre intervention politique spĂ©cifique et intervention dans les organisations de masse.

À ce titre, il est nĂ©cessaire de poursuivre l’investissement des militantes et militants de l’UCL dans la construction et l’animation d’organisations syndicales et d’associations combatives : c’est indispensable pour toucher largement les travailleurs et les travailleuses et pour que notre ligne politique s’instruise des prĂ©occupations quotidiennes, et non pas qu’elle torde le cou Ă  la rĂ©alitĂ© pour la conformer Ă  une idĂ©ologie.

L’UCL entend poursuivre le travail de confrontation et de convergence avec toutes les organisations anticapitalistes afin de contribuer Ă  la refondation d’une force politique rĂ©volutionnaire qui soit en phase avec les donnĂ©es politiques et Ă©conomiques de notre temps.

No retreat on our part to any libertarian communist ideological pre-square. If our filiation is that of international workers’ anarchism, we have integrated and can still integrate into our identity and our project many reflections of currents from feminism, ecology, anti-colonialism, and anti-racism and heterodox Marxist currents. This desire for synthesis and ideological overcoming remains topical. It is necessary for the refoundation of a contemporary revolutionary project that imprints large sectors of society.

Promote the actuality of the project of libertarian communist society, become a political force that counts

Ucl’s objective is not only to address those who are used to beating the pavement and even less to address only militant circles, but to carry and embody an audible discourse towards workers, whether in markets, workplaces or places of residence but also in the media, from the local press to national newspapers, radios and televisions.

This is why the reflection already begun on the form of the discourse produced by UCL must be continued, taking care to stick to simple sentences, to limit as much as possible the lexicon too technical or too militant and not to be too talkative.

General Orientation Motion of the Libertarian Communist Union (unioncommunistelibertaire.org)




Source: Awsm.nz