August 13, 2021
From The Industrial Worker (IWW)
308 views


Moe’s Books Union a de bonnes raisons de se rĂ©jouir malgrĂ© des Ă -coups dans les nĂ©gociations contractuelles. Depuis qu’il a rejoint les Industrial Workers of the World et qu’il a obtenu la reconnaissance de l’employeur au mois de mars, le syndicat de libraires, acheteurs et autres travailleurs et travailleuses de la librairie historique de Berkeley, Californie, nĂ©gocie pour obtenir plus de contrĂŽle sur les protocoles COVID-19 du lieu de travail et pour augmenter la sĂ©curitĂ© d’emploi. Moe’s Books Union espĂšre avancer vers un lieu de travail plus collectif et plus sain Ă  mesure que progressent les nĂ©gociations contractuelles et que les travailleurs et travailleuses en apprennent davantage sur les besoins de chacun.e.

Le 8 juillet, Moe’s Books Union a Ă©tĂ© surpris d’apprendre qu’un.e avocat.e de l’entreprise avait rĂ©digĂ© Ă  la derniĂšre minute un contrat de 27 pages au lieu des contre-offres individuelles en rĂ©action aux propositions des travailleurs et travailleuses. Cette stratĂ©gie a Ă©tĂ© reçue avec prudence par Noah Ross, un travailleur de Moe’s Books et membre du syndicat. 

« Certains Ă©lĂ©ments Ă©taient directement tirĂ©s de ce qu’on avait Ă©crit, ce qui est trĂšs bien Â», affirme Ross Ă  propos des stipulations du contrat. « D’autres Ă©lĂ©ments sortaient du manuel des employĂ©s prĂ©existants et nous nĂ©gocions pour les changer. Certains Ă©lĂ©ments encore provenaient d’autres contrats. Cela semblait un peu irrespectueux du travail qu’on avait consacrĂ© Ă  la rĂ©daction de ces propositions. Â» 

Heureusement, ce nouveau contrat n’a pas occupĂ© trop de place dans les nĂ©gociations. 

« Nous avons pu l’aborder rapidement et passer aux choses qu’on leur avait soumises, ce qui s’est passĂ© bien mieux que prĂ©vu Â», explique Ross.

Toutes les parties devaient soumettre leurs propositions non Ă©conomiques avant le 8 juillet. En revanche, certaines demandes des travailleurs et travailleuses restent absentes des discussions. Une de ces omissions concerne des procĂ©dures disciplinaires plus progressistes — une proposition soumise par le syndicat il y a plusieurs semaines. Actuellement, les mesures disciplinaires chez Moe’s Books font effet boule de neige et ne respectent ni un laps de temps nĂ©cessaire entre les infractions, ni des tentatives sĂ©rieuses de communication. 

« Il y a eu des moments dans les derniers mois oĂč des employĂ©.e.s ont Ă©tĂ© engueulĂ©.e.s et menacĂ©.e.s de licenciement par un responsable pour ĂȘtre arrivĂ©.e.s 30 secondes en retard au travail Â», confirme Ross. 

MalgrĂ© cela, les travailleurs et travailleuses de Moe’s Books ont plein de raisons de cĂ©lĂ©brer. Le 1er mai, des travailleurs et travailleuses ont rĂ©ussi Ă  empĂȘcher des modifications unilatĂ©rales des politiques de COVID-19 de la boutique par la direction.

La solidaritĂ© ne signifie pas seulement de lutter pour de meilleures conditions chez Moe’s Books. Le processus de rĂ©daction d’un meilleur contrat a Ă©tĂ© enrichissant d’autres façons. 

« La syndicalisation a vraiment contribuĂ© Ă  rĂ©unir tout le monde Â», dit Ross. « Elle nous a aidĂ©s Ă  crĂ©er de vraies relations entre nous en dehors du travail, ce qui est vraiment essentiel. On a un collĂšgue qui fait du trĂšs bon pain et il nous a amenĂ© une miche magnifique Ă  la derniĂšre rencontre ! »

Mais au-delĂ  des dĂ©lices et des progrĂšs dans les nĂ©gociations, il est Ă©vident que la formation d’un syndicat et le fait d’emboĂźter le pas ont bĂąti une meilleure comprĂ©hension de ce dont ont besoin les travailleurs et travailleuses. Certain.e.s d’entre eux et elles travaillent Ă  la librairie depuis des dizaines d’annĂ©es, d’autres depuis seulement quelques mois, mais tou.te.s sont dĂ©terminĂ©.e.s Ă  crĂ©er un meilleur futur chez Moe’s.

L’organisation d’un syndicat sur votre lieu de travail vous intĂ©resse ? Contactez le SITT-IWW dĂšs aujourd’hui !




Source: Industrialworker.org